Site Loader
Samuel Mathey pour l'entrepreneuriat

Le concept EZF définit l’entrepreneuriat comme le moyen pour résoudre le problème de l’emploi mais également le problème du développement des communautés et des nations en Afrique.

Docteur Samuel Mathey


L’éminent économiste Samuel Mathey, fin stratège des techniques de financement et de management, est convaincu que le développement de l’Afrique doit inéluctablement passer par l’entreprenariat en surmontant les obstacles au crédit.  Il nous parle de son Initiative EZF (Entreprendre à Zéro Franc).

Propos recueillis par Maty Noukelak Diop, Rédactrice Initiatives Africa

Qu’est-ce que le concept EZF et d’où vous vient son inspiration ?

Le concept EZF définit l’entrepreneuriat comme le moyen pour résoudre le problème de l’emploi mais également le problème du développement des communautés et des nations en Afrique.

Le concept fait suite à plusieurs recherches effectuées avec le professeur Bernard Bruno et ensuite avec le professeur Siriki Coulibaly. Ces recherches ont démontré que l’entrepreneuriat est le moteur du développement en Afrique et qu’il faut donc un entrepreneuriat de masse. De plus le frein initial à l’entrepreneuriat a été déterminé comme l’accès au financement, et même en cas de financement le remboursement devient problématique à cause de la rentabilité et la gestion des projets… d’où le concept Démarrer avec Zéro Dette ou Entreprendre avec Zéro Franc Extérieur

Le développement passe donc par une formation de masse des populations et la création d’une armée d’entreteneurs avec l’approche EZF /DZD, Entreprendre avec Zéro Franc, Démarrer avec Zéro Dette.

L’approche EZF / DZD enseigne à démarrer une entreprise sans avoir à attendre une ressource extérieure et solutionner le problème de financement d’amorçage, mettre en place un dispositif garantissant l’accès aux marchés et contrats à TOUS et une fiscale pro-entrepreneuriale, la situation de l’emploi sur le continent surtout l’emploi des jeunes, la transformation du continent en une puissance économique par ses entrepreneurs. 

Entreprendre à zéro franc

Pourquoi pensez-vous qu’avec le programme EZF, L’Afrique réussira son pari d’améliorer le niveau de vie des Africains ?

Le programme permet d’atteindre 3 objectifs :

  • Atteindre les objectifs de création d’emplois de masse et rapidement, d’outils de développement économique ;
  • Un développement économique des communautés et des nations Africaines avec les sous-objectifs de lutte contre la pauvreté ;
  • La promotion de valeurs, d’éthique et de changement de mentalité.

Ces objectifs, avec le concept EZF / DZD, tout en utilisant le minimum de ressources donc un non-recours à l’endettement pays, enlevant la contrainte de nombre limité et de temps long pour former, levant la contrainte de l’accès aux marchés et aux contrats.

Ainsi le programme EZF / DZD permet de résoudre le problème de chômage, de développement, et d’indépendance de nos nations, sans avoir à recourir à l’endettement.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez à inculquer les valeurs de ce concept aux Africains qui vous sollicitent ?

On a un véritable problème de mentalité au niveau des Africains ?

Un problème de mentalité sur plusieurs aspects que nous devons adopter : la compétence aveugle, le devoir d’ingratitude, le culte de la personnalité, l’esprit de sacrifices…

Dans notre ouvrage sur la transformation de l’Afrique, nous avons identifié 44 valeurs pour changer la mentalité de l’Africain.

C’est un véritable travail de changement de mentalité à réaliser et cela peut prendre du temps, de l’énergie qui ne sont pas toujours rémunérés…

L’autre population est celle des gouvernants ; certains vous prennent en concurrents, en oubliant qu’œuvrer pour ce continent, ne signifie pas nécessairement avoir des ambitions politiques

…et que les pays développés sont également ceux où les individus ont œuvré aux côtés des gouvernements en harmonie.

À l’Africain de comprendre que la formation est un investissement et peut ne pas être gratuit.

Un des plus grands problèmes de l’Afrique est situé au niveau de l’acquisition des technologies nécessaires pour la transformation de ses ressources ; quelle en est la contribution du concept EZF?

Aujourd’hui l’Afrique a fait un bond technologique surtout au niveau des technologies liées au mobile, dans son adoption, dans sa maitrise et dans la production d’applis mobiles. Il faudra jouer sur cet avantage compétitif…

Les trois grands freins à ce boom technologique sont le coût de la connexion qui est relativement cher, la couverture incomplète de nos pays et l’analphabétisation. Il nous faut résoudre ces 3 contraintes.

La FAFEDE a une académie du numérique pour la promotion des entrepreneurs dans le numérique. Nous avons des partenariats pour la promotion du numérique (FJN ou ONUDI) et également avec des universités américaines pour la vulgarisation du numérique.

Pensez-vous que les institutions gouvernementales et humanitaires devraient se rallier au programme EZF pour mieux le porter auprès des jeunes Africains, si oui comment ?

Non seulement nous le pensons mais nous en appelons de tous nos vœux.

Ce sont des pareils partenariats qui peuvent accélérer la transformation au travers des programmes de ces institutions.

Que ce soient les institutions onusiennes, les ONG privés.

La FAFEDE offre aujourd’hui des programmes entrepreneuriaux de masse avec l’approche EZF/ DZD.

Quelle est l’implication de la FAFEDE dans la lutte contre le Covid 19 en Afrique et quelles seraient vos recommandations aux entrepreneurs pour en déjouer ses impacts économiques ?

La FAFEDE est en train de finaliser une étude d’impacts de la Covid sur les startups et entrepreneurs.

Elle prépare également un programme d’accompagnement post-covid à l’intention des entrepreneurs et startups en plus de ses activités et programmes.

Quelles sont les ambitions du programme EZF et quels en sont les plans établis pour y arriver dans un futur proche ?

Plusieurs projets sont sur la table.

  • Continuer les vagues de formation à travers l’Afrique : 100 milles en Côte d’Ivoire, 200 milles au Burkina, 50 milles au Tchad…
  • Des certificats EZF / DZD avec des universités américaines;
  • Des études d’impacts sur plusieurs pays;
  • Une tournée sur la transformation de mentalité devant accompagner cette transformation des nations Africaines en des nations entrepreneuriales… le CHANGE AFRICA TOUR : AFRICA 4.0;
  • Étendre le programme EZF /DZD aux autres pays Africains.

Quel est votre appel au peuple Africain ?

  • Un appel aux jeunes Africains et Africaines à embrasser l’entrepreneuriat EZF /DZD;
  • Un appel aux gouvernants et institutions Africains pour une FAFEDE prête à collaborer pour des programmes EZF /DZD;
  • Un appel aux institutions financières pour un partenariat stratégique avec la FAFEDE qui peut leur fournir des projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *