Site Loader

La poupée Africaine est désormais représentée dans l’univers du jeu en Afrique.

Depuis des lustres, un modèle de beauté, un stéréotype esthétique venu de l’occident a été imposée à la société Africaine. Des cheveux lisses, une peau claire, un corps svelte, une tenue sobre étaient les principaux critères de beauté qui caractérisaient le raffiné chez la Femme partout dans le monde.

En revanche, ces dernières années, nous assistons à un regain du souci d’affirmation de l’identité Africaine. Les mouvements se créent dans tous les coins de rues. L’envie de retourner au naturel se ressent et commence à se percevoir de plus en plus dans nos modes de vies.

De ce fait, nous assistons à la naissance de plusieurs mouvements d’estime de soi prônant des valeurs culturelles et identitaires noires mais aussi Africaines. L’un des plus identifié de ces mouvements est celui des Nappy (condensé des mots Natural et Happy) : une idéologie qui prône la beauté au naturel, le retour aux cheveux crépus et la rencontre avec sa réelle identité capillaire.

De toute évidence, avec cette recrudescence de la volonté de s’affirmer, et de dépasser le « diktat de la beauté caucasienne », l’industrie du jeu en Afrique multiplie la création des poupées africaines pour rencontrer le désir des parents à offrir des jouets à l’image de l’univers de leurs enfants.

Allons à la rencontre de quelques poupées africaines.

Nayanka la poupée polyglotte

Nayanka poupée africaine

Elle naît du désespoir d’un papa à trouver une poupée qui ressemble à sa fille. Avec sa tenue à fort caractère fait de wax, son teint noir et ses cheveux crépus, Nayanka est le modèle parfait de la petite fille noire et métissée.

Cependant, les parents d’Eden, créateurs de Nayanka dans le souci d’avoir un jouet à la fois ludique et didactif s’inspirent de leur fille pour créer cette poupée qui en plus du Français et de l’Anglais, parle 7 langues Africaines (Fon, Wolof, Dioula, Lingala, Yoruba).

Nayanka dans sa prestance pure, illustre l’estime de soi et le respect de l’autre.

Ndanaka et Zuri de la collection Sibahle

Pourquoi tombe t’on tout de suite sous le charme de Ndanaka et de Zuri ?

En fait, Ndanaka et Zuri de la collection Sibahle par l’entreprise Diouda (fusion des mots « d’ici et d’ailleurs ») sont des poupées très spéciales. Il faut souligner que toutes les deux sont sous-représentées dans l’univers du jeu en général et de la poupée en particulier à cause de leurs traits minoritaires.

Ndanaka est une poupée noire aux cheveux crépus atteinte de vitiligo. De son nom emprunté au Shona, langue parlée au Zimbabwe, en Afrique du sud, au Botswana, au Malawi et en Zambie, Ndanaka veut dire belle. La poupée Ndanaka prône la différence et enseigne la tolérance aux enfants. Cette poupée vient dire aux enfants atteints du Vitiligo que cette différence les rend encore plus attrayants et mémorables. On peut lire ceci sur sa description :

C’est surprenant au premier regard, mais rassures-toi, ça ne fait pas mal…et ça n’est pas du tout contagieux.

Ndanaka
Zuri poupée africaine albinos

Zuri est une poupée albinos. Avec son teint et ses cheveux clairs, Zuri vient casser tous ces codes qui marginalisent les albinos et les associent à des pratiques de superstitions insensées. Zuri qui veut dire belle en Swahili, donne de la force aux enfants albinos et leur inculque la fierté et la confiance en soi.

Ces magnifiques poupées de la collection Sibahle dont il en reste deux autres poupées à découvrir, sont le concept de trois jeunes femmes noires, Myriam, Karine et Monique qui ont une longue histoire avec la beauté noire et métissée.

La poupée Adja de la collection Urbidolls

Adja de la collection Urbidolls est l’une des magnifiques poupées de la marque qui en confectionne pour tous les goûts Afro. Avec son teint noir et ses cheveux crépus et frisés, elle est splendide. Vêtue d’une tenue en wax serpenté jaune fait à la main, avec un joli nœud aux cheveux et des chaussures sur mesure, Adja a tout de cette petite fille belle et coquette qui passe son temps à utiliser la trousse de beauté de sa maman.

A chacun et à chacune sa poupée!

Lire aussi: Kigali: la future Silicon Valley

One Reply to “La poupée Africaine, effet de mode ou affirmation d’identité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *