Site Loader
Kunfabo

Fadima Diawara, une guinéenne de 33 ans, a lancé en 2019 Kunfabo, un smartphone low-cost qui fonctionne intégrant des applications mobiles dont la majorité sont, elles aussi, développées en Afrique.

Parmi elles, certaines applications permettent notamment de géolocaliser les centres de santé aux alentours ou encore de démocratiser l’art culinaire africain. Cette volonté se retrouve dans le nom de l’appareil, « Kunfabo », qui signifie « être en contact » en langue malinké. C’est en Espagne, où elle s’est installée après ses études de droit, que Fadima Diawara conçoit ce smartphone. En 2018, elle racontait dans une interview à La Tribune Afrique comment est venue cette idée : « Je voulais faire quelque chose d’utile, qui peut aider d’autres personnes, me lancer dans l’entrepreneuriat social. En Espagne, les gens se sont beaucoup intéressé à mon projet.

C’est une initiative qui pourrait dépasser les frontières africaines, car certains en ont marre de dépenser autant pour un téléphone », explique-t-elle.

Étant Africaine, je ne me vois pas utiliser un smartphone Apple ou Samsung. J’ai lancé Kunfabo car je me suis dit que les smartphones produits par les géants de la téléphonie mobile ne nous représentaient pas vraiment.

Kunfabo

L’entreprise revendique une démarche qui répond véritablement aux besoins des populations africaines et prend davantage en compte les réalités du continent notamment face à sa concurrence américaine et asiatique.

Mon objectif, c’est que jusqu’au fin fond de l’Afrique, tout le monde puisse avoir accès aux technologies. Il est très important que chacun puisse avoir accès à la localisation de points médicaux »

développait Fadima Diawara.

Fonctionnant avec la dernière version du système d’exploitation Android, Kunfabo dispose d’un écran large, d’une couverture réseau 4G et pourra accueillir une carte mémoire de 32Go. Un équipement qui est plus utilisé que le Cloud en Afrique, selon sa conceptrice. Le premier modèle de la gamme de smartphone Kunfabo, le F99, est déjà disponible en pré-commande au prix de lancement : 130 €.

Sa conceptrice parle d’un développement à l’échelle continentale durant l’année 2020 avec l’implantation d’usines d’assemblage en Afrique.

Source: Land of African Business

Lire aussi: Akon construit sa propre cité à Mbour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *