Site Loader

Initiatives Africa reçoit Jean Baptiste ESSISSIMA, un Camerounais passionné des médias et des NTIC, qui veut ses plateformes web à la hauteur des Africains.

Jean Baptiste Essissima créateur de plateformes web

La jeunesse africaine doit croire en elle et cesser de prendre tout ce qui vient d’ailleurs comme valeurs.

Comment vous est-il venu l’idée d’intégrer le monde du numérique?

J’ai été piqué par le virus du numérique en 1998. L’internet commençait à peine à faire son entrée dans la plupart de nos pays avec le boom des cybercafés. Un ami qui justement gérait un cyber-café m’avait demandé d’aller lui donner un coup de main, comme je maîtrisais bien l’outil informatique. Donc, chaque jour après mes cours à la fac, j’allais au cybercafé m’occuper de la clientèle.  Internet n’était pas à la portée de tout le monde, ça coûtait cher. Le fait de travailler dans ce cybercafé m’a permis d’avoir accès facilement à certaines ressources en ligne. Et j’ai compris très tôt les avantages qu’on pourrait tirer du numérique dans les années qui allaient suivre.

Parlez-nous de Netiwooki, qu’est ce qui vous a inspiré ce réseau social?

Netiwooki Plateformes web

Netiwooki; qui veut dire ‘’Le Réseau’’ en langue Yoruba, est un réseau social pour les afro et afro descendants. Les études récentes ont montré que chaque jour qu’une personne se connecte sur Facebook, Facebook gagne 10$/jour sur la personne + 2% au niveau de sa capitalisation boursière. Imaginez l’apport des Africains qui se connectent chaque jour dans ce réseau. Nous, Africains, nous créons de la valeur pour toutes ces plateformes mais en retour, elles redonnent rien aux Africains. Alors, je me suis dit, pourquoi ne pas créer un réseau social et le proposer à la communauté, afin de créer de la valeur et réinvestir cette valeur en Afrique pour recruter par exemple ces jeunes qui étudient dans le domaine des TIC et qui rêvent de partir à l’occident.

Pensez-vous que Netiwooki puisse être à la hauteur de Facebook en Afrique dans les temps à venir? Que faites-vous pour y arriver?

Comme vous le savez, Facebook à ses débuts n’était pas ce qu’il est aujourd’hui. C’est parce que les américains qui étaient la première cible de ce réseau l’avaient adopté. Si les africains adoptent aussi Netiwooki, d’ici quelques années, ce réseau social va rivaliser avec les réseaux sociaux dominants. Nous ne comptons pas garder la position de suiveur très longtemps. Nous offrons déjà de nombreuses fonctionnalités que tout réseau social peut proposer. En moins de 15 jours, plus de 3500 utilisateurs sont déjà inscrits. Avec la publication de l’application mobile très attendue par les utilisateurs, cela va nous permettre de monter d’un cran.

Nous constatons que la plupart de vos réalisations entrent dans la catégorie média, comment pensez vous accompagner le développement du continent Africain via vos programmes?

Jean Baptiste Essissima créateur de plateformes web

L’Afrique souffre d’un déficit de marketing. Dans le monde, beaucoup de personnes pensent que l’Afrique ce sont les guerres, la maladie, la pauvreté, ou le monde sauvage.

En dehors de l’industrialisation, le développement de l’Afrique passe aussi par le branding de son image à l’étranger. Nous comptons promouvoir une image positive de l’Afrique.

Que pouvez-vous nous dire sur Go Africa TV?

Go Africa Tv, anciennement appelée Africa Ahead Tv, est une webtv généraliste. Notre objectif est de valoriser les initiatives des Africains de la diaspora et ceux qui sont restés dans le continent à travers un certain nombre de programmes.

Webtv Go Africa TV Plateformes web

Qu’est ce qui fait la particularité de Go Africa TV des autres web tv?

Nos programmes sont réunis sous le concept IDÉE (Information, Divertissement, Éducation, Entrepreneuriat).

Avec le faible taux de pénétration internet en Afrique, avez-vous pensez à une future émission satellitaire pour Go Africa TV? Comment comptez-vous faire face a ces manquements?

C’est une question de moyens financiers. Notre souhait est de permettre au plus grand nombre d’avoir accès à nos programmes dès le lancement en septembre prochain.

Pour le moment,  l’accès à la webtv ne sera possible qu’a ceux qui peuvent avoir une connexion internet. En attendant de trouver une solution technologique nous permettant d’atteindre un plus grand nombre. Nous y travaillons.

Quels sont vos challenges à court terme?

Mes challenges à court terme, c’est de proposer des plateformes stables et compétitives aux Africains. Il est impératif que l’Afrique crée son écosystème numérique. On ne va pas continuer à consommer ce qui vient d’ailleurs et participer à l’enrichissement des autres alors que nous avons des compétences et un grand marché pour créer la richesse pour nous-mêmes.

Quel serait votre appel à la jeunesse Africaine et à nos dirigeants?

La jeunesse Africaine doit croire en elle et cesser de prendre tout ce qui vient d’ailleurs comme valeurs. En occident, les jeunes peuvent s’amuser, passer le temps sur les réseaux sociaux parce qu’ils ont déjà certaines facilités, or le jeune Africain doit encore se battre pour se prendre en charge. Les jeunes Africains doivent plutôt penser à vite apprendre un métier, apprendre les ficelles de l’entrepreneuriat. Il y a encore tellement de choses à faire chez nous.

A nos dirigeants, je leur demanderais d’aider les jeunes entrepreneurs, ceux qui ont des projets innovants, surtout dans le domaine de la Tech. Car les entreprises de la Tech contribuent de plus en plus au PIB des pays occidentaux. Je prends le cas des entreprises de la Silicon Valley; les fameux GAFAM, aux USA, et BATX en Chine.

La prochaine révolution est numérique. Et cela s’est vérifié avec la crise sanitaire actuelle. Alors que toutes les activités se figeaient, la vie sociale à continuer à travers les solutions numériques. Mais on n’avait aucune solution Africaine pour les pays Africains.

A nous retrouver sur Netiwooki

Lire aussi: JIFFY : Réimaginons la plateforme de réseau et de commerce social

Propos recueillis par Maty Noukelak Diop

One Reply to “Des plateformes web calquées aux réalités Africaines par Jean Baptiste ESSISSIMA”

  1. So Proud of Mr. JBE Yes everything is possible for those who believe in their innée abilities. Keep the african flag up High.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *